Notes sur le livre la transformation digitale de Pascal Delorme et Jilani Djellalil

La transformation digitale

La transformation digitaleVoici un livre qui devrait intéresser tout dirigeant (« C-level » dans le jargon mondialisé) d’une grande entreprise traditionnelle menacée par la digital. Je le recommande aussi à tous les lecteurs de plus de quarante ans, intéressés par le management des grandes organisations, et ayant décidé une fois pour toute de se mettre à la page sur ce sujet tant ressassé par les média ces derniers mois.

Ce livre sera à mon sens beaucoup plus enrichissant pour cette catégorie de lecteurs en comparaison de nombreux autres écrits par des dirigeants de startup en mal de notoriété ou des journalistes gourous sans expériences opérationnelle de gestion d’entreprise.

Plusieurs raisons à cela :

  • Les auteurs ont une expérience professionnelle importante et ont été confrontés à la nécessité de transformation digitale. Ce sont des témoins tout autant que des praticiens.
  • Ils ont dépassé la quarantaine, et par conséquent s’expriment dans le langage et avec les référents propres à cette génération non « digital natives ». C’est la garantie d’un langage sans malentendus et non jargonnant.
  • Ils ont évolué longtemps dans des grandes entreprises, fait rare pour les auteurs expérimentés dans le domaine digital. Ils connaissent bien les principes de résistance au changement et la limite du placage simple des principes managériaux des start-up. Ce livre évite les mantras du type « move fast et break things » qui sont malheureusement d’aucune utilité pour une entreprise de plus de 10 000 personnes !

Ce livre contient donc des clés réalistes pour avancer dans la digitalisation.

Il examine la problématique sous différents angles et surtout avec différents matériels qui permettront à chaque type de lecteur, selon sa façon d’aborder ces problématiques de management, d’y trouver leurs réponses.

Le livre est émaillé d’exemples très concrets et détaillés : Amazon, New Balance, Nectar, Harley Davidson, Starbuck, Voyage SNCF, Redbull, Pierre et Vacances, Google (et son Zemot)….. Les tenants d’une inspiration concrète y trouveront leur compte !

Un chapitre est consacré à une vision théorique et modélisant des organisations, en s’appuyant sur la littérature passée, de sorte que le modèle proposé s’enracine dans les modèles déjà issus de la littérature de gestion (Océan bleu, Théorie des organisation de Elliot M Fox,… ). Là encore, ceux qui sont familiers de ces approches trouveront leurs marques.

Beaucoup d’allusions sont aussi  faîtes à d’autres livres sur les grandes tendances digitales, ce qui fera gagner beaucoup de temps à ceux qui n’ont pas eu le temps de tous les lire. La référence à « L’âge de la multitude » d’Henri Verdier notamment est particulièrement bien amenée et cette allusion au peuple Scythe, extrêmement bien choisie, notamment pour son parallèle avec les concepts de tribus de Seth Godin.

Un chapitre est aussi consacré à l’évolution des comportements des clients et de leur façon de consommer, ce qui permet une compréhension quasi sociologique des phénomènes actuels et sous-jacents à la digitalisation. Les marketeurs y trouveront ainsi tous les concepts clés, mis en situation, commentés et expliqués,  offrant aussi un gain de temps appréciable pour ceux qui cherchent un ouvrage réunissant toutes les idées clés et leurs définitions (on retrouvera par exemple, une description simple du programmatique et des écosystèmes afférents) ainsi que toute les nouvelles réflexions sur le rôle de la marque dans un espace connecté.

Enfin et surtout, le livre se termine avec une vision très pragmatique de la transformation digitale et une liste de chantiers à lancer « dès lundi prochain ». Points de programmes révolutionnaires (c’est à cela d’ailleurs qu’on mesure la maturité des auteurs concernant les grandes organisations), mais de vraie bonnes idées, à la portée des plus grandes entreprises  qui doivent faire leur transformation numérique « pour de vrai », et des idées bien plus authentiques que celles de nommer un CDO sans moyens , investir dans la première start-up branchée ou louer 100 m2 dans le quartier du sentier à Paris et l’appeler incubateur, idées très à la mode, mais hélas sans effets.

En résumé, l’ambition du livre est donc inversement proportionnelle à la simplicité de son titre. « La transformation digitale » est un livre pour les dirigeants de grandes entreprises qui veulent vraiment devenir digitaux, et se méfient des sirènes prédicatrices des hipters de l’ubérisation.

Le livre est en vente sur Amazon et disponible au format Kindle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s